Pour orchestre

Durée : 13′

D’après le sonnet XVIII de Fernando Pessoa

Commander la partition

[/quote]

Commande de la Radio Suisse Romande – Espace 2
Nomenclature : 3 (1 avec picc.), 3 (1 avec cor angl.), 3 (1 avec clar. basse), 3 (1 avec cbn.) ; 2,3,2,1 ; 3 perc. ; harpe, piano ; 12,10,8,6,4 + chœur instrumental (1,1,1,0 ; 1,1,0,0 ; 1,1,1,1,0)
Éditions PAPILLON

Création : le 16 mai 2001 Genève (Victoria-Hall)

Orchestre de la Suisse Romande
  • Direction : Arturo Tamayo

écoutez…


J‘ai vécu cette pièce comme une pousse dont les racines seraient les labyrinthes de la pensée décrits par Fernando Pessoa dans son Sonnet XVIII. La sortie de ce labyrinthe semble impossible, les plans ayant servis à le bâtir sont oubliés, le fil ayant un jour tracé le chemin est perdu : Thésée condamné à l’errance. Ainsi les évènements musicaux se suivent avec l’apparence d’une logique, mais, tel les “cadavres exquis” des surréalistes, nous emmènent toujours en deçà d’une résolution, d’un sens. Le rôle du Chœur instrumental (Un orchestre “miniature” : flûte, hautbois, clarinette, cor, trompette, 2 violons, alto, violoncelle) situé derrière les percussions est essentiel, je le ressens comme un élément symbolisant l’ailleurs, le mystère. Ce n’est ni des voix, ni des solistes mais des ombres, l’autre moitié de soi, l’autre moitié du poète. J’aime l’idée d’une voix qui auraient perdu l’usage des mots, condamnée aux sons non signifiants. De plus les deux plans (Orchestre et Chœur instrumental) sont pour moi l’illustration du premier vers du Sonnet XVIII :

Indefinite space, which, by co-substance night, In one black mystery two void mysteries blends

by Fernando Pessoa

Traduction :

L’espace indéfini, par la nuit qui est sa substance,
Mêle en un seul et noir mystère deux mystères vides