Pour flûte, hautbois, violoncelle et orchestre à cordes

Durée : 7’30

Commander la partition

Pour les Swiss Chamber Concerts

Création : le 25 novembre 2018 à Genève, Studio Ernest Ansermet – Maison de la Radio

Swiss Chamber Soloists

Felix Renggli, flûte

Heinz Holliger, hautbois

Daniel Haefliger, violoncelle

Lorsqu’en 2001 Daniel Haefliger me proposait pour la première fois d’écrire pour les Swiss Chamber Concerts, j’ignorais que j’aurais par la suite l’opportunité de d’écrire à six reprises pour les SCC. Une telle continuité est déterminante dans l’évolution artistique d’un compositeur. L’écriture de « Car il n’est aucun lieu » s’inscrit dans ce lien d’amitié et de reconnaissance pour Daniel Haefliger et les merveilleux musiciens que sont les Swiss Chamber Soloists. Que cette nouvelle pièce soit un cadeau pour leur vingt ans.

Dans « Car il n’est aucun lieu», les trois voix solistes sont pensées comme une constellation de dialogues – à l’image de répliques de théâtre – s’adressant tantôt aux autres solistes et tantôt aux cordes. Je désirais obtenir des couleurs sonores renouvelées à l’intérieur d’un climat mélodique unifié. La dernière strophe du Torse archaïque d’Apollon de Rainer Maria Rilke m’a accompagnée durant toute la composition :

« denn da ist keine Stelle,
die dich nicht sieht. Du musst dein Leben ändern.»

« car il n’est aucun lieu,
ici, qui ne te voie. Tu dois changer de vie. »

(« Archaïscher Torso Apollos », In Neue Gedichte, 1907, Traduction originale Lionel-Edouard Martin)